2009-2015 © Charles Borrett - Mazeto Square | Mentions légales

CHARLES BORRETT

portfolio

Courts métrages

Sa majesté profane

Rolleiflex

Elle(s)

My unknown soldier

Photographies

Affaire Landru

Oradour-s

Cretan Tsikoudia

Contes pour enfants

Alban le ver luisant

Maman Mamelle (conte musical)


@ Blog / revue du web

@ Infos / Contact

Accueil

PHOTOGRAPHIE

Cretan Tsikoudia

Pensées et de photographies sur la Crète

Réthymnon, La Canée, Chora Sfakion, Ziros… (Crète, Grèce) - 2009


Présentation : D’un voyage en Crète au printemps 2009, j’ai ramené dans mes bagages de beaux souvenirs et des photographies particulières, rêveuses, fruits de ma vadrouille au travers de ce pays si mystique. J’ai poursuivi ce travail en écrivant un récit qui s’articule autour – les impressions d’un homme qui a tout quitté pour s’établir sur cette île – en sélectionnant les clichés les plus à même de refléter l’atmosphère que j’ai désirée transmettre au public.


Matériels utilisés : Boîtier Nikon D80 avec objectifs Nikon 18-55 mm et Tamron 18-200 mm.


Exposition : Ce travail a fait l’objet d’une exposition qui a été présentée deux fois sur 2011/2012. J’avais d’ailleurs obtenu une bourse de Val-de-Marne pour la financer. La première exposition a eue lieu à la MJC de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) du 7 au 29 octobre 2011. Pour le vernissage, le groupe de musique Nefeles était venu jouer un petit concert acoustique. Une vidéo du vernissage est disponible ici. La deuxième exposition se déroula à l’Espace Germinal de la ville de Fosses (Val d’Oise) du 28 mars au 13 avril 2012.


Publication : Un livre broché avec la totalité des pensées et des photographies a été publié aux éditions Mazeto Square.

Titre : Cretan Tsikoudia

Auteurs : Charles Borrett, Lou Roman

Editeur : Mazeto Square

Broché : 80 pages (couleur)

ISBN : 978-2919229000

Dimensions du produit: 21 x 21 cm

Parution : 01/09/2010

Disponible sur le site de l’éditeur et sur Amazon.


Revue de presse : Nogent Citoyen, Blog Photo Scope.


Lire le communiqué de presse

Page dédiée à l’expo (MJC Louis Lepage)


© Charles Borrett, Lou Roman / Mazeto Square

#


Réthymnon

- Ρέθυμνο -


Ce n’est plus tout à fait l’Europe, ce n’est pas encore l’Orient, c’est la Crète… Avec ses montagnes qui se dressent loin devant, au milieu des dieux, sous les cieux, bordées par cette eau marine. C’est une île. Légendaire par son passé – ô personnages tragiques qui me murmurent à l’oreille leurs récits chimériques – c’est une île qui fait un pari sur son avenir. Dès la sortie de l’aérogare, je fus frappé par ce monde nouveau. Cet air chaud et sec, cette luminosité particulière, ces mots étranges qui me parviennent par bribes et que je ne comprends pas. Tout est à refaire pour moi. Je regarde ma montre, il est quatre heures... ça va,  j’ai le temps désormais.



La Canée

- Χανιά -


Les rues de La Canée serpentent sous le linge étendu. Les odeurs des cuisines se mêlent à celles des lessives. Parfois, quelques embruns marins s’ajoutent et tout ceci forme un merveilleux parfum enchanteur… Un greek coffee sur un bord de terrasse, à repenser au passé, ne sachant pas passer à autre chose. J’essaie de lire dans ce marc de café un futur idéal. Qui sait ? Jaune, rouge, vert et le bleu de la mer intense, tant de couleurs ont jalonné mon parcours. Vénitienne, turque, grecque, crétoise, finalement très européenne…



Chora Sfakion

- Χώρα Σφακίων -


Plus au Sud, sur la côte, face à Alexandrie, s’étend Chora Sfakion, petite station balnéaire où survivent quelques terrasses. Il y fait bon y boire un fresh orange juice. Assis ainsi, un matou est venu lire par-dessus mon épaule les pages que je noircissais d’encre bleue. C’est alors qu’il me glissa à l’oreille de jolies choses, des mots tendres et rassurants qui prennent tout leur sens dans la bouche d’un chat.

J’acquiesçais d’un hochement de tête et il s’en retourna avec nonchalance, à pas de velours.



Ziros

- Ζήρος -


Au bout de l’île, il y a eu Ziros. Dérisoire mirage perdu où quand vient l’heure de la sieste, tout semble mort. Le soleil pointait bien haut, à la verticale, alors je m’allongeais à l’ombre d’un arbre. Cela faisait maintenant plusieurs jours que j’étais parti. Pour moi, c’était hier. J’étais résolu à continuer ainsi. Je ne savais si j’allais rester ici ou si mon chemin se poursuivrait dans d’autres contrées magnifiques. Puis je me suis promené les heures suivantes, ne croisant personne. Parfois une porte s’entrouvrait et se refermait aussitôt. Et c’est en m’approchant du citronnier que j’ai croisé son regard.


# # # # # # # #
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Digg Partager par e-mail Imprimer